BIENVENUE SUR LE BLOG DE DANEEL !

En 2003 naissait le forum yahoogroupes "CULTURE NET 2013"...
Suivi quelque temps après du "FORUM 2013"...
Lequel, suite à sa pulvérisation par "l'Étoile de la mort" de l'Empire (!), fut remplacé par le forum googlegroupes :





Dans la continuité de ces sites déjà riches de centaines de discussions, d'articles et de dossiers "chauds" tous plus passionnants et édifiants les uns que les autres - :oD -... Voici donc "2013 CONTINUUM" !...


Afin que cette nouvelle année 2013
- et celles qui la suivront  (!) -
voit enfin triompher la CONSCIENCE ÉCOLOGIQUE...
POUR UNE VIE ENFIN PLUS EN HARMONIE AVEC NOTRE TERRE-MÈRE... GAÏA !




MEILLEURES PENSÉES DANEELIENNES !!!





lundi 31 octobre 2011

7 MILLIARDS D'AUTRES !!!


 

Comme je l'écrivais il y a déjà trois ans sur mes forums "2013" (et qui m'avait évidemment déjà valu les hurlements quelque peu hargneux de prétendus écologistes apparemment plus préoccupés par leur croyance néo-malthusienne que par la réelle protection de notre planète et de la qualité de vie écologique (!)) :

Difficile exercice que de prévoir quelle sera la population de notre planète dans le futur…
Mais les prévisions sont à la baisse.
Et à terme l’humanité ne serait plus à même de remplacer ses générations !…
(Eh oui, on est bien loin ici des hurlements histériques de certains "Faire des enfants tue !" (A noter que la plupart de ceux qui hurlent ce genre d'anathème - dont Michel Tarrier lui-même (!) -... ont des enfants !!! (cherchez l'erreur  :oD))


La croissance de la population mondiale ralentit déjà
- nous montre une étude biannuelle intitulée "Tous les pays du monde" - :
Alors qu'il aura fallu 12 ans
pour passer de six à sept milliards de Terriens,
il en faudra 14 pour passer de sept à huit milliards !...

Plus de la moitié de l’humanité vivrait dans un pays où la fécondité serait inférieure à 2,1 enfants – en moyenne – par femme…
« 2,1 », un chiffre tyrannique qui correspondrait au renouvellement des générations…

Deux « experts », et non des moindres, Chris Wilson de l’Institut Max-Planck de Rostock en Allemagne et Gilles Pinson de l’Institut national d’études démographiques de Paris constatent que cette baisse de fécondité a été plus rapide que prévue…
En près de cinquante ans, sans trop nous en apercevoir, c’est un véritable bouleversement qui s’est glissé dans le paysage démographique.

Et les pays en voie de développement ne sont pas épargnés. 

Les « experts » cités utilisent la valeur médiane comme système de mesure : 
C’est la valeur de fécondité qui divise l’humanité en deux parties numériquement égales : l'une à fécondité plus faible et l'autre à fécondité plus forte. En cinquante ans, cette médiane a chuté de 5,4 enfants à 2,1 enfants. La fécondité moyenne, qui donne le nombre moyen d'enfants par femme, est de 2,7. La différence s'explique parce que dans 20 % des pays la fécondité est très élevée.
« Toutes les prédictions des experts ont été démenties, note Gilles Pinson.
L'évolution des comportements va plus vite qu'on ne le pensait !... »


Plus forte croissance démographique au monde, L'Inde
 - pays non-catholique (!) comme d'ailleurs la Chine, autre pays à très forte croissance démographique !!! -

 enregistre tous les ans près de 28 millions de naissances !

(Ce n'est donc pas la faute à l'Église ou au Pape, ainsi que ne cesse de le clamer Michel Tarrier
et autres pseudo-écolos plus préoccupés par l'élimination des Chrétiens dans le monde... 
que par l'évolution des consciences vers plus de respect de la vie, tant humaine qu'animale !...)
L'erreur des anti-nataliste - souvent christianophobes (!) - est de stigmatiser la religion catholique... car la plupart des pays de tradition catholique, comme l'Espagne, l'Italie, ou même la France
ont une natalité parmi les plus basses du monde !

Cela étant dit... N'oublions pas cet "objectif caché" derrière une certaine idéologie dénataliste anti-humaniste... ainsi qu'il avait été évoqué en août 2007 sur mon forum "Destination 2013" :
- L'OBJECTIF EST L'EXTINCTION DE L'HUMANITÉ !!! (SIC)
« L'objectif est l'extinction de l'humanité, et non sa réduction.
En effet, même si nous étions moins nombreux ce n'est pas cela qui changerait le comportement de notre espèce : le risque de voir l'espèce humaine recommencer à s'accroître et à dévaster la planète existerait toujours. Quant à la soif de pouvoir, de richesses et de consommation dont nous faisons preuve à différents degrés, elles seront toujours là. Croire qu'on pourrait vivre tous ensemble, même en étant moins nombreux, comme dans un jardin d'Eden, c'est beau mais c'est irréalisable, l'homme étant ce qu'il est.... »



Comme je le disais déjà dans mon message de mars 2009 ("Génération Dénataliste ?") :
Il est souvent fait reproche au christianisme d'être responsable de l'accroissement de la démographie mondiale, considérant que cet accroissement démographique est responsable de tous les problèmes écologiques.
C'est une double erreur :
1) Au 20è siècle, les espaces géographiques qui ont eu la plus forte croissance démographique ne sont pas des pays chrétiens :
- Chine-Corée (de 415M à 1273M)
- Inde-Pakistan-Bangladesh (de 290M à 1320M).
(source : INED, Population et Sociétés, n° 391, juin 2003 - Page 2)

Et les perspectives pour le 21è siècle font plutôt apparaître un retrait démographique des pays de vieille civilisation chrétienne.

2) Démographie et dommages écologiques ne sont pas directement liés.
Tout dépend du mode de vie.
Un Français sous saint Louis polluait infiniment moins qu'un Français du 21è siècle.
Un Français de notre époque hédoniste déchristianisée a une consommation énergétique équivalent à "100 esclaves" (source Jean-Marc Jancovici).
La position de l'Eglise :
a) l'Eglise n'oblige pas les personnes à avoir des enfants ; cependant, elle reconnait que pour la société, il est utile que des familles aient des enfants.
b) l'Eglise ne demande pas que le nombre d'Hommes sur Terre augmente sans cesse. ...

(On peut lire aussi sur le sujet mon article "A propos du Sida... du Pape et du préservatif !")


La croissance démographique a atteint son niveau maximum (2% par an) il y a déjà 50 ans, précise l'Ined, et elle a été divisée par deux depuis pour tomber à 1,1% en 2011.
"Elle devrait continuer de baisser jusqu'à la quasi-stabilisation de la population mondiale dans un siècle autour de neuf à 10 milliards d'habitants", poursuit l'Ined.
Cette décélération s'explique par la diminution de la fécondité moyenne, revenue à 2,5 enfants par femme aujourd'hui contre le double en 1950.
Cette moyenne cache cependant d'importantes disparités note l'Ined, soulignant que l'essentiel de la croissance démographique d'ici la fin du siècle sera concentrée sur l'Afrique subsaharienne, la péninsule arabique et les régions allant de l'Afghanistan au nord de l'Inde.
L'étude montre aussi que l'Inde devrait ravir à la Chine le premier rang du classement des pays les plus peuplés, avec près de 1,7 milliard d'habitants prévus en 2050 contre 1,31 milliard pour la République populaire. La population chinoise devrait ainsi décroître légèrement au cours des 40 années à venir.
Derrière ces deux géants, le haut du classement des pays les plus peuplés en 2011 réunit les États-Unis, l'Indonésie, le Brésil, le Pakistan et le Nigeria. Ces sept pays représentent plus de la moitié de la population mondiale.
Avec 63,3 millions d'habitants, la France métropolitaine se classe en 2011 au 21e rang mondial, entre la République démocratique du Congo et le Royaume-Uni. Elle devrait rétrograder au 26e rang d'ici à 2050 selon les projections de l'Ined, avec une population prévue à 72 millions de personnes.

Source : Reuters
Rubrique : International



Dans un courrier daté du 2 novembre 2008 ("Faire des enfants Tue ? (Surpopulation... mythes et réalités !)"), j'écrivais notamment : « Cela fait un bout de temps déjà que j'entretien quelques débats au sujet du problème de la surpopulation, remis à l'ordre du jour récemment par le farouche militantisme actif de mon ami Michel Tarrier (militantisme non seulement farouche mais aussi tellement maladroit qu'il suscite plus d'incompréhensions et de "contre-attaques" que d'écoutes et approbations - même parmis ceux qui partageraient avec lui le même "combat pour la vie" (!) - : il est vrai que de gueuler "faire des enfants tue" n'est pas le slogan idéal pour ouvrir les consciences à ce grave problème et pouvoir alors discuter sereinement et intelligemment d'un problème qui, lui, est loin d'être serein... car comme le clamait aussi il y a déjà 3 ou 4 décennies l'un mes "Pères Spirituels" - avec Henri-Charles Geffroy et Isaac Asimov - Jacques-Yves Cousteau : « NOUS PÉRIRONS SOUS LES BERCEAUX » !!!)

Bref, sujet donc très délicat à traiter, malgré son urgence réelle qui "énerve et surexcite donc parfois excessivement" ceux qui viennent de prendre conscience du problème et s'en affolent... (Ils ont raison, certes, de s'indigner.... mais : où ils se trompent souvent de cible (et passent tous leur temps et toute leur énergie à fustiger tel groupe d'humains ou telle philosophie religieuse),... où ils "brassent de l'air" frénétiquement, sachant recenser à merveille toutes les conséquences de cette surpopulation de plus en plus dramatique... mais incapables cependant de proposer la plus petite mesure réellement concrète et applicable.... c'est alors le « serpent qui se mord la queue », on passe son temps à protester... mais on ne sais quoi faire d'autre de plus positif et constructif ! (....) Michel Tarrier, lui-même père de deux "enfants" - dont d'ailleurs une très charmante fille (!) - (Alors qu'avec mon épouse nous n'en avons pas fait : nous sommes donc de vrais "défenseurs de l'Humanité", nous !  :oD), préconise par exemple : "Quelques générations vouées à seulement un enfant par femme, voire assurer un soutien financier aux couples qui n’enfanteraient pas, serait cependant le programme d’une politique courageuse et écoconsciente."
(Cf. FAIRE DES ENFANTS TUE)) ...

OUI, personnellement, un gros "soutien financier aux couples qui n'enfanteraient pas" intéresserait évidemment beaucoup mon couple... ;o)
Mais si cette mesure pourrait éventuellement être possible dans nos pays dit "dévelloppés" - qui sont DÉJÀ à basse natalité, comme tous les pays où "ça coûte cher d'élever des enfants" (!!!) -, elle est malheureusement impensable pour le "reste du monde", où là, au contraire, les enfants sont considérés - à tort ou à raison - comme l'avenir des "vieux jours" de leurs parents !... Donc : INDISPENSABLES !!!!) (...)

Ne plus faire d'enfants ?
Le message est tel quel irrecevable ; car il ne faut pas oublier que l'être humain est avant tout un mammifère qui revient vraiment de loin... ; pendant des millions d'années notre espèce s'est battue pour survivre, pour évoluer... pour vivre !... Cette farouche survie est quasiment programmée dans nos gènes, et demander à l'humanité de ne plus faire d'enfants, de ne plus assurer la reproduction de son espèce, de ne plus se battre pour "sa survie"... c'est "CONTRE-NATURE", et donc vain et improductif !...
Mais le problème est justement que faire TROP d'enfants peut aussi nuire à la survie de l'espèce !
(Ainsi que l'ont démontré par exemple "les expériences de la fameuse boîte  de Petri", et des Rennes de l'île Saint Mathieu (Voir par exemple : "http://www.larousse.fr/encyclopedie/vie-sauvage/caribou/184034")
Extrait : "Entre 1891 et 1902, pour enrayer la disparition du caribou et transformer les Amérindiens en fermiers, 280 rennes européens domestiqués ont été introduits en Alaska. En 1930, ils étaient 600 000. Puis l'effectif a chuté à 252 000 en 1937, à 155 000 en 1941, et enfin à 26 700 en 1952, à cause d'une mauvaise gestion des troupeaux et d'un surpâturage excessif des lichens, qui ont fait mourir de faim de nombreux herbivores, dont les rennes et les caribous.... Un autre cas frappant est fourni par l'île Saint-Mathieu, dans la mer de Béring. En 1944, 29 rennes sont importés sur cette petite île de 332 km2. Ils prospèrent si bien qu'on en compte 6 000 en 1963. Au printemps 1964 pourtant, il ne reste plus que 42 animaux. Tous les autres sont morts d'inanition en raison de la destruction des lichens, totalement arasés par un troupeau trop important. L'île, en fait, aurait probablement pu supporté 6 rennes au km2. Or, en 1963, on en compte 3 fois plus. Le froid très rigoureux de l'hiver 1963-1964 a fait le reste !" )...



L'irrésistible augmentation de la population
(Isaac Asimov - Extraits)

"L'homme moderne est apparu sur Terre il y a 50 000 ans, et la population humaine n'a atteint son premier milliard qu'en 1810. Elle arriva aux deux milliards vers 1925. Cela signifie qu'il a fallu 50 000 ans pour parvenir au premier milliard, 150 ans pour le deuxième milliard, et seulement 30 ans pour le troisième milliard (vers 1955). Ensuite il ne fallut que 21 ans pour obtenir le quatrième milliard, et une dizaine d'années pour le cinquième milliard. (...)

Il y a danger. L'irrésistible augmentation de la population fait qu'il faut de plus en plus de place pour les êtres humains (...). Les ressources arrachées à la Terre doivent de même augmenter, et la pollution s'accroît au même rythme. Nous détruisons notre planète.

Combien de temps cela peut-il durer ? Pas très longtemps. La Terre n'est pas apte à abriter des populations immenses. J'ai entendu des optimistes à tout crin déclarer qu'avec le progrès de la science et la fin des conflits militaires, la Terre pourrait nourrir 50 milliards d'individus. Sincèrement, j'en doute, mais même si cela était vrai, le chiffre de 50 milliards serait atteint dans un peu plus d'un siècle, en 2100. Et ensuite ?

Ne pourrions-nous pas envoyer le surplus de population sur la Lune, sur Mars ou encore dans des mondes artificiels en orbite autour de la Terre ? Dans ce cas, il faudrait, au cours du prochain siècle, reloger dans l'espace 45 milliards d'individus pour maintenir à 5 milliards la population terrestre.
Peut-on honnêtement croire à une chose pareille ?

Portons les choses à l'extrême.
On estime que toute la matière contenue dans l'univers pèse quelque 200 milliards de milliards de milliards de milliards de tonnes. Supposons que nous parvenions à surmonter tous les obstacles, à véhiculer les êtres humains sous forme de flashes de lumière dans tous les coins de l'univers, à transformer toutes les étoiles et toutes les planètes en matière comestible et en oxygène respirable.

La population pourrait alors se permettre d'atteindre les 4000 milliards de milliards de milliards de milliards d'individus. Combien de temps cela prendrait-il ? Un milliard d'années ? Mille fois plus ?
Eh bien non. Au rythme actuel, il ne faudrait pour ce faire que 35 siècles.
Nous aurions converti tout l'univers en êtres humains vers 6500.
Il n'en est naturellement pas question, et nous nous devons de mettre un terme à l'augmentation de la population. (...)

Quand le nombre d'éléments d'une espèce croît, il arrive un moment où la famine prend le dessus - avec les maladies et les prédateurs. Cela revient à dire que si nous ne faisons rien, le taux de mortalité augmentera sans que nous y soyons pour quelque chose. L'humanité connaîtra la famine, les épidémies et la guerre, et la population diminuera de manière spectaculaire. A tel point que la civilisation pourrait bien être balayée...."

(Cf. Isaac Asimov - Frontières - Les plus récentes découvertes de la science sur l'homme, la terre et l'univers - Ed. Acropole - 1991 - première édition anglaise en 1987 )

Nous sommes donc là bel et bien face à un "bug" annoncé !
Comment s'en sortir ?... Quelqu'un aurait envie de se sacrifier pour les autres ?
Un peuple aurait envie de se sacrifier pour que d'autres puissent vivre ?
Pourquoi pas les Chinois ? Ou les Africains ? Ou même les Américains ?...
Ou plutôt les Communistes ? Ou pourquoi pas les Capitalistes... ou les Islamistes... ou tiens, tous les "Athéistes" ?....
Qui voudrait donc bien cesser de se reproduire pour donner une chance "aux milliards d'autres" (!) de continuer à vivre ?...
On voit bien que ce n'est pas par ce raisonnement que l'on pourra trouver une solution viable et... "humaine" !...
(Je serais bien tenté de hurler "A mort les cons"... mais cela risquerait fort d'éliminer la quasi-totalité de la population mondiale ! (Comme avait répondu De Gaulle à cette exclamation : "Lourde tâche" ! :oD))

Blague à part... dans "50 questions : En raison de la surpopulation...", on peut lire aussi, entre autres :
- On sait que dans la plupart des civilisations, les enfants ont toujours été considérés comme la principale source de richesse à venir : dans le présent, ils sont la main-d’œuvre la plus économique et à l’avenir, ce seront eux qui assureront la survie de leurs vieux parents. Comme le dit un document de la Conférence épiscopale allemande : « Réduire le nombre d’enfants sans faire disparaître les causes qui poussent les parents à souhaiter beaucoup d’enfants, cela signifie priver les pauvres de leur seul espoir ! »...   »

Un autre de mes "amis écolos dénatalistes" affirmait encore : « On aurait du pratiquer le "malthusianisme" depuis au moins cinquante ans, pour éviter la surpopulation, cause "principale" des catastrophes actuelles, afin de sauvegarder assez de matières premières et d'énergies non renouvelables pour les générations futures. Mais comment faire une politique démographique restrictive avec les curés, les imams, les rabbins, etc., tous opposés à la contraception, préférant que les enfants meurent de faim, plutôt que d'empêcher leur naissance.... »


Noooooooon !... Médisances encore que tout cela !
Non seulement ces propos ne sont pas "justes"... mais aussi "profondément injustes" !!! Y-en a mare de cette "curée contre les curés" ; ce ne sont pas eux les responsables de la faim dans le monde, de la surpopulation, et encore moins de la destruction de la nature... "CRÉATION DE DIEU" !!!... Bien au contraire, si l'on regarde lucidement les choses non pas avec un regard obscurcit par la haine - ou la peur -, mais avec un regard "CLAIR" et plein d'amour de la vie, on se rend compte que ce sont plutôt les "satanistes", les matérialistes et leurs thuriféraires souvent inconscients - les Athées et autres "Anti-cléricaux" de tous poils - qui sont les véritables responsables de ce pitoyable État du monde actuel, avec une "création divine" - dont l'Homme !!!!!!!!!!!!! - tellement malmenée, méprisée, honnie et avilie...

La contraception ? L'Eglise est opposée à tout ce qui peut salir et avilir aussi bien l'Homme... que la Femme !... Ceux qui prétendent le contraire ne disent pas la vérité.. où sont eux-même abusés par des discours qui tiennent bien plus du tentateur et séducteur "Satan" que de "Dieu" !...

Ne pas accepter l'usage du préservatif ne signifie pas accepter la surpopulation et la famine.... Cela signifie seulement ne pas accepter que l'être humain ne sois plus considéré que comme un vulgaire "sac à viande" baisable et corvéable à loisir !... Vous n'êtes donc juste que ça : "une outre à sperme",  "un corps bon à niquer et baiser" et "rien à foutre" de votre esprit, de votre conscience, de votre âme ?...
"Aimez-vous les uns les autres" ça n'a absolument rien à voir avec "enfilez-vous les uns les autres" !.... Des êtres prétendument "évolués" ne seraient-ils donc pas capables de contrôler leurs pulsions sexuelles les plus primitives et régressives (je ne dirais même pas "bestiales" car ce serait faire injure aux animaux) ? Ce n'est pas de "préservatifs" que le monde a besoin, mais de plus d'AMOUR - DE RESPECT !!! - de son prochain !....

Quand à l'avortement, qui n'est là qu'un ACTE DE MORT, un MEURTRE CARACTÉRISÉ...
Croyez-vous vraiment que ce soit à l'Eglise d'accepter ce rabaissement ultime de la dignité humaine ?....
Dans l'antiquité, les enfants eux-mêmes n'étaient pas considérés comme des "êtres humains", et leurs pères avaient ainsi impunément le droit de vie ou de mort sur eux pendant de trop nombreuses "premières années de leur vie" (En d'autres périodes de l'histoire, ce furent aussi "les femmes", "les juifs" ou "les noirs" - et actuellement nos frères animaux ! - qui n'étaient pas considérés comme des êtres vivants dotés d'une âme, donc ...)
Aujourd'hui, nous avons un petit peu évolué... avec l'IVG et l'avortement nous avons impunément le droit de vie ou de mort sur nos enfants "QUE" pendant de trop nombreux "premiers mois de leur vie" !... A partir de quel âge une vie humaine est-elle donc digne de ne pas être éliminée ?... (Vous noterez en passant qu'il est tout aussi lamentable le fait de tuer des médecins sous prétexte que ceux-ci pratiquent des avortements. Cela se passe malheureusement couramment en Amérique, et cet acte là est encore plus condamnable. Les prétendus "Chrétiens" qui encouragent ce genre de dérive ne sont certainement pas inspirés de Dieu mais du Diable !.... Qu'ils n'oublient pas l'un des plus essentiels des DIX COMMANDEMENTS ("Commandements divins" propres aussi bien à la religion juive que chrétienne et musulmane : "NE TUE PAS !!!" )


Comme je le disais encore dans mon article "Asimov et la Surpopulation" :
Je ne vois pas en quoi c'est "Bien", sous l'excuse bidon de lutter contre la surpopulation, de militer pour le "massacre des bébés" (l'avortement) ! Cela est bel et bien une régression sociale barbare, certainement pas un progrès de civilisation évoluée !
"Avorter" c'est TUER !
Et c'est donc bel et bien oeuvrer pour une culture de mort et de haine... et non une culture de Vie et d'Amour.
(Dans la Grèce antique, on estimait que l'enfant de moins de 5 ans - je crois, peut-être même plus tard encore - ne pouvait pas être considéré comme un être humain, l'âme de la Raison ne s'y étant pas encore incarné, et le père avait donc droit de vie ou de mort... et le supprimer sans plus de souci ou de crise morale que certains en ont aujourd'hui à supprimer un enfant génant qui ne pourrait pas être considéré comme un être humain soi-disant parce qu'il ne serait pas encore viable !
Quelle différence entre tuer un être humain à 56 ans ou 35 ans  ? Ou entre 18 ans et 5 ans ?
Ou entre 1 an... ou quelques jours, quelques heures... quelques minutes ?)

Le premier moteur pour lutter contre la surpopulation, c'est l'éducation des filles et l'amélioration de leurs conditions de vie... et surtout leur apprendre à dire NON à tous ces "mâles en chaleur" qui les confondent trop souvent avec un "sac à sperme" !!!

Ah oui, en passant... Certaines langues vénimeuses aiment bien répandre leur venin sur le Pape en particulier et les cathos en général, prétendant qu'ils oeuvrent pour l'accroissement démographique en s'opposant à l'avortement et en déconseillant de se convertir à la religion dogmatique du préservatif (tiens, j'en vois un beau sur la planète là au-dessus)... c'est vraiment du grand n'importe quoi, digne de ceux qui parlent vraiment pour ne rien dire... et sans même savoir de quoi ils parlent !
Ce n'est certainement pas encourager la surpopulation que d'inciter les êtres humains à respecter leurs corps, et à ne pas forniquer comme de vulgaires "punaises de lit" !... L'acte de faire un enfant doit être mûrement réfléchis et préparé par le couple, afin de pouvoir assurer à cet enfant le confort et l'éducation nécessaire à son bonheur.




J'abordais déjà ce sujet dans mon message du 4 mai 2004 "ECONOMIE.... et réalités ! (1)") :
« Dans son livre "Entre la haine et l'amour", Martin Gray évoque ces "deux milliards et demi de dollars qui, selon l'O.M.S. suffiraient à soulager les souffrances de l'humanité... , qu'est-ce donc en regard des 663 milliards de dollars de dépenses militaires annuelles ? Ou des 300 milliards de dollars que représente le commerce de la drogue ?..." Si les choses en sont là, c'est que nos gouvernements participent plus ou moins à ces trafics, et donc, par extension, nous, ses citoyens-électeurs !...
Deux milliards et demi de dollars selon l'O.M.S. pour soulager les souffrances de l'humanité... quoique cette somme ne contribuerait entre ses mains qu'à accentuer les souffrances et les problèmes, puisque apparemment il ne s'agirait dans son programme que d'intensifier les vaccins, antibiotiques, vitamines de synthèse et autres médicaments chimiques, dont les bénéfices satisferaient plutôt les intérêts de l'industrie chimico-pharmaceutique, que le potentiel de santé de la population sous-alimentée et vivant dans des conditions sanitaires parfois effarantes, contraintes même à boire de l'eau viciée, polluée d'ailleurs par nos industries occidentales ou nos déchets chimiques et radioactifs que nous leur imposons !!!...

Lors d'un discours sur "la population et le développement" (le 11 Mai 1993 à New-York), Jacques-Yves Cousteau a clairement exprimé que nos pays développés : "acquièrent à très bas prix dans les pays pauvres les matières premières destinées à alimenter leurs industries. Ils vendent à des prix très élevés à ces mêmes pays moins favorisés les produits manufacturés avec ces matériaux essentiels, ce qui explique que les riches s'enrichissent et que les communautés humaines pauvres ne cessent de s'appauvrir.
En 1991, la balance des paiements entre les possédants et les dépossédés a atteint 20 milliards de dollars, qui sont passés des pauvres aux riches"....
Vingt milliards de dollars... qui sont passés des pays pauvres... aux pays riches !!!

Dans son allocution, Jacques-Yves Cousteau annonçait aussi des chiffres et des projets moins fantaisistes et hypocrites que ceux de l'O.M.S. (cités précédemment) :
- "Le premier acte consiste à procurer de l'eau potable à tous les habitants de cette terre (...) Il nous faut pour cela 20 milliards de dollars par an pendant cinq ans"

 ------ (Ces 20 milliards devant bien-sûr servir aux salaires de tous ceux qui y travailleront, directement et indirectement, ce qui contribuera efficacement, et surtout constructivement, à lutter en même temps contre le chômage et l'exclusion, qui sont, soi-disant, l'objectif premier de tous nos politiciens !)
(Voir notamment mon dossier "ÉCHO LOGIQUE... DE L'ÉCONOMIE (POUR UNE ÉCONOMIE... au service de l'Humanité !)") -------

- "Le deuxième acte (...) c'est de bâtir de nouvelles écoles (...) pour cela, on estime qu'il faut 40 milliards de dollars par an"

 ------- (Là encore, quelle utilisation formidable de cette somme, qui relancera ainsi, de manière positive et utile à la communauté humaine, le secteur des travailleurs du Bâtiment : Maçons, tailleurs de pierre, Charpentiers, Couvreurs, Menuisiers, etc.) (idem que la note précédente : voir à ce sujet mon dossier "ÉCHO LOGIQUE... DE L'ÉCONOMIE") ------- 

- "Enfin, une des principales raisons de la surpopulation (...) est le fait que les parents veulent beaucoup d'enfants pour soutenir leur vieillesse ! (...) Pour créer un système de pensions de vieillesse modulé en fonction du PNB, Il faudrait 200 milliards de dollars la première année, coût qui croîtrait d'année en année pour atteindre 400 milliards de dollars par an (...)

Où allons-nous trouver ces sommes colossales ?

Il n'y a que deux domaines possibles, qui concernent l'un et l'autre des activités parasitaires de l'humanité, parasitaires parce qu'elles ne contribuent en rien au bien-être des gens. Je parle du commerce de la drogue et des dépenses militaires.
Chaque année dans le monde, les armées dépensent environ 1000 milliards de dollars.
Le tiers de cette somme suffirait pratiquement à résoudre notre problème.
Quant au commerce de la drogue, il atteint 800 milliards de dollars par an"... »

(Cf.  "ÉCONOMIE.... et réalités ! (1) (extrait de "POUR LES ENFANTS DU MONDE ENTIER,..."). Mai 2004) »





En mars 2009 sur mon forum "Culture Net 2013", l'un de mes "amis dénatalistes" m'assénait encore :
"Après la fête des Mères, la fête des Pères, et la fête des Enfants (Saint-Nicolas), voici enfin la Fête des Non-Parents. Vous n’avez pas d’enfant ? Soyez-en fier ! Que cette absence de progéniture résulte d’un choix ou d’une fatalité, vous n’imaginez pas quel précieux service votre stérilité rend à l’humanité ! Non seulement vous avez la certitude de ne pas mettre au monde un délinquant sexuel ou un néo-nazi, mais l’environnement vous doit une flamboyante chandelle. Notre planète croule sous le poids de la proliférante espèce humaine : la manière la plus efficace de réduire drastiquement notre empreinte écologique est de ne pas donner le jour à un nouveau consommateur-pollueur. bla-bla-bla-bla..... le néant reste la meilleure citadelle contre les assauts du destin .. bla-bla-bla... Il se peut encore que vous ayez préféré jouir de votre propre existence plutôt que d’en consacrer les meilleures années à l’éducation d’un être qui ne sera somme toute qu’un obstacle à votre propre épanouissement.... bla-bla-bla...." (SIC)

Et de réagir évidemment quasiment du tac au tac :
OUF... Que ne faut-il pas lire comme inepties franchement.
C'est vraiment là du bavardage.... "stérile" !  :oD

(Aïe, je sens que mes anciens "Ennemis" vont continuer à me faire leur p'tite guéguerre impitoyable...
Et pourtant, je ne cherche pas la querelle moi.... Mais la Bêtise m'insupporte au plus haut point, et je ne peux pas résister à y apporter mon grain de sel... ou de poivre !  ;o)
(Surtout quand ces affligeants propos sont publiés sur "mon" forum !!!...  "Grrrrrrr"   :oD))

Voici donc ma réponse :
Vous avez des enfants ? Soyez-en fier !...
Que cette descendance résulte d’un choix ou d’une "fatalité", vous n'imaginez pas quel précieux service votre fécondité peut rendre à l'humanité !

Non seulement vous avez la probabilité de mettre au monde un futur "ETRE HUMAIN" qui sera l'honneur de l'Humanité ! (Tel un "Jean Sébastien Bach", une "Hélène Grimaud", un "Yves Duteil", une "Isabelle Martinet", un "Jean-Pierre Berlan", une Louise L. Hay", un "Raoul Follereau", une "Mira Alfassa", un "Mahatma Gandhi", une "Samantha Khury", un "Hans Christian Andersen", une "Leslie Parrish", un "Philippe Desbrosses", une "Thérèse Newmann", un "Emile Zola", une "Charlotte Rampling", un "Martin Luther King", une "Jeane Manson", un "Paul McCartney", une "Rosanna Arquette", un "Carl Lewis", une "Yolaine de la Bigne", un "Dizzy Gillespie", une "Mélanie Griffith", un "Montaigne", une "Myriam Bals", un "Albert Schweitzer", une "Wangari Maathai", un "Carl Gustav Jung", une "Diane Fossey", un "Jacques Mayol", une "Anita Roddick", un "Cézanne", une "George Sand", un "Samuel Hahnemann", une "Jasmuheen", un "Raymond Dextreit", un "Mozart", une "Hildegarde de Bingen", un "Albert Jacquard", une "Gitta Malasz", un "Jean-Pierre Lentin", une "H.P. Blavatsky", un "William Guy Carr", une "Alice Waters", un "Philippe Derruder", une "Vandana Shiva", un "Henri-Charles Geffroy", une "Jane Goodal", un "Isaac Asimov", une "Christiane Singer", un "Paulo Coelho", une "Irène Kahn", un "Philippe Mailhebiau", une "Janine Roberts", un "Léonard de Vinci", une "Sonia Barkallah", un "James Lovelock", une "Martine Gardenal", un "Isaac Newton", une "Ranae Johnson", un "Nikola Tesla", une "Marie-Magdeleine Davy", un "Bob Marley", une "Sylvie Simon", un "Gilles-Eric Séralini", une "Viviane Forrester", un "Olivier Clerc", une "Véronique Desjardin", un "Emanuel Swedenborg", une "Isabelle Filliozat", un "Theodore Monod", une "Brigitte Bardot", un "René Dumont", une "Surya Bonaly", un "Hans Ruesch", une "Marie de Hennezel", un "Omraam Mikhaël Aïvanhov", une "Doreen Virtue",  un "Jacques-Yves Cousteau", une "Benoite Groult", un "Duke Ellington", une "Marie Balmain", un "Jules Vernes", une "Elisabeth Kubler-Ross", un "Albert Einstein", une "Eileen Caddy", un "Steve Jobs", un "Don Miguel Ruiz", une "Jeanne Guesné", un "Viktor Schauberger", une "Jacqueline Kelen", un "Sri Chinmoy", une "Thérèse de Lisieux", un "Denis Marquet", une "Ma Ananda Moyî", un "curé d'Ars", une "Amritanandamayi", un "Rike Geerd Hamer", une "Adrienne von Speyr", un "François Brune", une "Catherine de Sienne", un "Alphonse Allais", une "Françoise Lemarchand", un "Ralph Waldo Emerson", une "Alexandra David-Neel", un "Fritjof Capra", une "Marie-Pia Stanley", un "Marshall Rosenberg", une "Ghislaine Lanctôt", un "Christian Tal Schaller", une "Coline Serreau", un "Noam Chomsky", une "Marie-Lise Labonté", un "George Bernard Shaw", une "Pascale Noa Bercovitch", un "Plutarque", une "Marjolaine Jolicoeur", un "Pythagore", une "Marie-Claude Pietragalla", un "Hippocrate", une "Amma", un "Socrate", une "Pati Ruiz Corzo", un "Gautama Bouddha", une "Amy Domini", un "St-François d'Assise", une "Rachel Carson", un "Bahà´u´llàh", une "Mère Térésa", un "Jiddu Krishnamurti", une "Laurie Joy Pinkham", un "Edmond Bordeaux-Szekely", une "Soeur Emmanuelle", un "George Bernard Shaw", une "Suraiya Haque", un "Lanza del Vasto", une "Chantal Clergeaud", un "Ilan Pappé", une "Anette O'Toole", un "Rajendra Pachauri", une "Cathy Patterson", un "Nicolas Hulot", une "Michèle Obama", un "François Couplan", une "Judith Spitler McKee", un "Yann Arthus Bertrand", une "Olivia Newton John", un "Saint Augustin", une "Jodie Foster," un "Moby", une "Rika Zaraï", un "John Lennon", une "Nancy Ann Tappe", un "Georges Krassovsky", une "Isabelle Aubret", un "Pierre Rhabi", une "Marguerite Yourcenar", un "Clint Eastwood", une "Jacqueline Bousquet", un "Robert Redford", une "Jane Fonda", un "Patrice de Plunkett", une "Neca Marcovaldi", un "Ruppert Sheldrake", une "Romy Schneider", un "Amadou Ampaté ba", une "Eva Joly", un "Peter Duesberg", une "Elise lucet", un "Jean Montagard", une "Dany Silvestro" (surnommée "Danie Bambou"), un "Israël Shahak", une "Simone Brousse", un "Hubert Reeves", une "Sulo Shresta Shah", un "Milarepa", une "Maria Montessori", un "Israël Adam Shamir", une "Colette", un "Aimé Cézaire", une "Monique Séné", un "Alphonse de Lamartine", une "Maguy Lebrun", un "Chico Mendès", une "Florence Burgat", un "Jean-Antoine Gleizes", une "Fleur Lise", un "Antoine Waechter", une "Anne-Claire Despretz", un "William Paley", une "Marie-Lise Geffroy", un "Jean-Marc Governatori", etc. ....


(OUF !... Et la liste est infiniment loin d'être exhaustive !!!
J'aurais encore pu citer par exemple Edouard Goldsmith, Jean-paul Ozanon, Teilhard de Chardin, Antoine Béchamp, Jean-Pierre Maschi, Michel Berger, Walt Disney, Loïc Le Ribault, Steven Spielberg, Thoreau, Wagner, Shelley, Jonathan Swift, Maurice Jarre - et son fils Jean-Michel -, Boris Vian, Jean Ferrat, Cali, James Redfields, Bernard de Boischevalier, Dominique Lapierre, Michel Delpech, Michaël London, Louis Armstrong, Guillaume Apollinaire, Daniel Kieffer, Ray Charles, Jostein Gaarder, Jules Tissot, Michel Polnareff, Trinh Xuan Thuan, Pierre Dac, Marcel Renoulet, Khalil Gibran, Rudyard Kipling, Matthieu Ricard, Jacques Salomé, Alexis Carrel, Claude Traks, Richard Bach, Jean-Marie Pelt, Günther Schwab, Hans Urs von Balthasar, Alphonse Allais, Marcel Pagnol, Michel Fugain, Pierre Lance, Alain Scohy, Michel Georget, Didier Perreol, André Gernez, Victor Hugo, Arthur C. Clarke, Semmelweis, Goethe, Chateaubriand, Sénèque, Platon, Confucius, Steiner, Pascal, Michel-Ange, Tagore, Quinton, Chavanon, Shakespeare, Condorcet, Voltaire, Lamartine,... Et tant, tant, tant, tellement d'autres encore qui ont chacun apporté leur "fil" à l'immense et magnifique tapisserie humaine.............))

Bref : non seulement vous avez donc la probabilité de mettre au monde un futur "ETRE HUMAIN" qui sera l'honneur de l'Humanité - l'un de ces nombreux enfants indigo qui sont appelés à se réincarner de plus en plus nombreux (!) -, mais l’avenir vous devra une flamboyante chandelle.

Notre planète croule sous le poids de la proliférante "connerie" humaine :
La manière la plus efficace de réduire drastiquement "l'empreinte écologique de l'humanité" est de donner le jour à un "nouveau consommateur", qui soit plus conscient, plus responsable, plus éveillé... et qui, avec l'aide de tous les autres nouveaux "Citoyens de la terre", saura réparer les erreurs du passé et enfin bâtir une humanité rayonnante !
La Vie reste la meilleure citadelle contre les assauts de la mort et du néant...

C'est le plus bel épanouissement possible :
Consacrer les meilleures années de votre vie à l’éducation d’un être qui sera l'aboutissement de vos propres rêves et espoirs d'un monde meilleur !...
(Et si vous n'avez pas d'enfants. Réjouissez-vous car vous pourrez alors adopter des enfants sans parents.. ou apporter votre aide à des associations pour améliorer le sort d'enfants malheureux ou en détresse...)


Bon, cela dit... si je ne supporte pas cet extrémisme "anti-natalité" (qui est en réalité une forme sournoise de Misanthropie et de haine de l'humanité).... je ne suis pas non plus un "nataliste" farouche (Comme l'ont d'ailleurs prouvé tous mes précédents articles !)....
Je ne rappellerais pas ici ce que j'ai déjà dit dans mon dernier message.... mais j'apporterais simplement ce commentaire - publié sur le forum "Destination 2013" - d'un de mes amis de "La France en Action", et que j'approuve évidemment à 100 % : "... Je suis sidéré d'entendre encore ce raisonnement complètement farfelu : "il faut engendrer beaucoup d'enfants, pour assurer une retraite aux personnes âgées". Mais avec l'amélioration des rendements, avec les mécanisations, les automations, il y aura de moins en moins de travail (et donc de plus en plus de chômage !!! Donc, engendrer beaucoup d'enfants ne pourra qu'appauvir tout le monde !! Il existe une solution qui ne manquera pas d'être adoptée un jour ou l'autre, tellement elle est la meilleure :
- a).  CESSONS DE FABRIQUER DES ARMES, qui ne servent qu'à NUIRE à la très grande majorité (même si au passage, cela enrichit une poignée de malfaiteurs !!!)...
- b). REPARTISSONS PLUS EQUITABLEMENT le TRAVAIL et les  RICHESSES PRODUITES et il n'y aura plus ni grèves, beaucoup moins de dépressions, suicides, etc."

Bref rappel de ce que je disais moi-même :
Ne croyez-vous pas que la surpopulation de notre planète est déjà un grave problème écologique, bien plus préjudiciable pour notre avenir que celui de "nos retraites" ?...
La solution à ce problème de relative dénatalité n'est pas d'encourager à recommencer vers la voie de la surpopulation, mais d'encourager plutôt à la mise en place D'UN AUTRE SYSTÈME DE FINANCEMENT DES RETRAITES ! (IMAGINER QUELQUE CHOSE QUI N'EXISTE PAS ENCORE !)...

Car faire toujours plus d'enfants pour payer la retraite des anciens... conduira au fil des ans à ce qu'il y ait toujours plus d'anciens et donc toujours plus d'enfants à "produire" pour assurer des retraités de plus en plus nombreux...
Par analogie, c'est comme pousser le train à foncer toujours plus vite vers le mur...
Ou à gonfler toujours plus le ballon...  jusqu'à ce qu'il éclate !

La seule bonne solution est de cesser de "souffler dans le ballon"... ou de faire ralentir le train.
En d'autres termes : trouver une nouvelle façon d'assurer le bien-être des anciens sans devoir recourir à la "natalité forcée" !) .... (Cf. "Génération dénataliste ?")



Des articles très intéressants - et intelligents (!) - du site "Mecanoblog" :

EXTRAITS :
Une vieille idée, remise au goût du jour, et aussi insidieuse qu’abjecte, tend à contaminer les esprits : l’accroissement de la population mondiale et la diminution des réserves de ressources naturelles menacent de concert l’équilibre planétaire. En d’autres termes, la planète va mal, et cela est le résultat d’une surpopulation mondiale. Cette idée n’est pas neuve, et fût pour la première fois formulée par le britannique Thomas Malthus, à la fin du XVIIIème siècle. Les récentes préoccupations écologiques ont redonné de l’actualité à cette idée qui tend à devenir un axiome populaire, malgré son caractère dangereux.

(A la fin du XVIIIème siècle, Robert Malthus appelait déjà à contrôler les naissances, arguant que la croissance démographique suivait une courbe géométrique (1,2,4,8,16) tandis que nos ressources évoluaient de manière arithmétique (2,4,6,8,10), et que de fait, l’écart entre la population et les ressources serait trop important pour subvenir aux besoins de tous. C’était sans compter la révolution industrielle et la baisse de la natalité qui a suivi la baisse de la mortalité observée lorsque Malthus publia son Essai sur le principe de population. Quant à Paul Ehrlich, le théoricien de la Bombe P, ses prédictions de famines apocalyptiques au courant des années 70 et 80 ont été démenties par la chute brutale de la natalité en Afrique du Nord, en Afrique Australe et en Asie de l’Est...)

A l’origine, Thomas Malthus est un économiste, et développe cette théorie selon laquelle la pauvreté et la malnutrition ne sont pas liées à un système de protection sociale défaillant mais à une surpopulation qui devrait être régulée en fonction de la capacité de chaque individu à assurer sa subsistance. Dans son Essai sur le Principe de Population (paru en 1798), il écrivait ainsi :
« Un homme qui naît dans un monde déjà occupé, si sa famille n’a pas les moyens de le nourrir, ou si la société n’a pas besoin de son travail, cet homme, dis-je, n’a pas le moindre droit de réclamer une portion quelconque de nourriture : il est réellement de trop sur cette terre. Au grand banquet de la nature, il n’y a pas de couverts pour lui. »
Ainsi, la valeur d’un homme se mesure à l’aune de la « quantité de travail » qu’il peut fournir.
S’il s’avère que cet homme « est un poids pour la société, » sa disparition est souhaitable et « logique »

Il va de soi que ce raisonnement s’en prend directement aux catégories les plus pauvres, qui seraient responsables, de par leur prolifération, de leurs malheurs.
Cette idée inspira directement ce que l’on nomme le « darwinisme social », concept politique érigeant le principe de sélection naturelle comme seule loi entre les hommes.
La société humaine aurait alors pour principe de s’améliorer, non par la coopération des hommes entre eux, mais par le résultat de leurs conflits incessants d’où émergeraient « naturellement » les plus forts face aux plus faibles, les dominants face aux « inaptes ».

Il est évident que l’ensemble de ces doctrines vont frontalement à l’encontre de l’effort de civilisation, promettant la sauvagerie eugéniste comme perspective, le conflit entre les hommes comme seul facteur de progrès, la mort comme politique publique.

La résurgence de ces thèmes représente une menace pour l’ensemble de l’édifice civilisationnel qui se fonde sur la coopération humaine plutôt que sur l’affrontement inter-individuel.
Ces thèses sont une menace, non parce qu’elles se fondent sur un raisonnement valide ou rationnel – ce n’est pas le cas – mais parce qu’elles excitent les instincts sado-masochistes des masses, instincts sous-jacents mais toujours agissants.
Mais surtout, elles constituent un écran de fumée idéologique, servant à occulter habilement la réalité coupable d’un capitalisme intrinsèquement destructeur.

Le malthusianisme moderne n’est donc rien de moins que l’alibi démographique d’un système économique défaillant. La menace qui pèse sur la biosphère est réelle. Mais elle n’est pas imputable à l’espèce humaine, mais à un mode de production qu’elle a généré et dont elle peine maintenant à se débarrasser.
Le problème n’est donc pas démographique, mais essentiellement politico-économique, et c’est cette réalité que cherchent à cacher les tenants de la « dénatalité » qui feignent d’ignorer la responsabilité immense du productivisme capitaliste, et de la logique de croissance économique qui condamne l’ensemble des sociétés modernes à la guerre et à l’extinction.



DÉMOGRAPHIE, que de poncifs on répand en ton nom …
Carte des pays par population
« L’humanité connaît une natalité débridée. »Non, car depuis plusieurs décennies les taux de natalité diminuent nettement et partout, sous l’effet de ce qu’il est convenu d’appeler la « transition démographique » [1], période durant laquelle une population voit baisser une natalité et une mortalité auparavant très élevées.
« Il faut craindre une véritable explosion démographique. » Qu’on se rassure : la bombe ne sautera pas. Le phénomène majeur du XXIe siècle ne sera pas la croissance rapide de la population, mais son vieillissement.
« Nous allons vivre sur une Terre écrasée par la surpopulation. » Non, à nouveau, car la concentration humaine sur de petits territoires, induite par l’urbanisation, entraîne le dépeuplement d’autres régions.
« Les vagues migratoires Sud-Nord vont nous submerger. » C’est ignorer que les nouvelles logiques migratoires engendrent des mobilités dans tous les sens, dont de très importantes migrations Sud-Sud.
En somme, la « population mondiale » n’existe pas : elle est un agrégat sans signification, addition de réalités différentes. […] Présenter les indicateurs démographiques de la population mondiale, c’est gommer les dynamiques propres : celles de pays à taux de natalité [2] élevé et faible espérance de vie [3], comme le Niger et le Mali, ou celles de pays dont le taux de natalité est si faible qu’il ne compense pas le taux de mortalité [4] , comme la Russie ou le Japon. […]
Le monde est composé de populations diverses, aux indicateurs démographiques différents et aux modes de peuplement variés, comme le montrent les extraordinaires variations de la densité [5] (de 1 141 habitants par kilomètre carré au Bangladesh à 5,9 au Gabon). […]
Le XXe siècle a été témoin d’une évolution sans précédent : le peuplement de la terre a quadruplé (de 1,6 milliard de personnes en 1900 à 6,1 milliards en 2000). Cette croissance résulta de l’addition de trois phénomènes. Dès la fin du XVIIIe siècle, certains pays de l’hémisphère Nord avaient commencé à connaître une baisse de la mortalité (infantile [6], infanto-adolescente [7] et maternelle [8]) qui, au XIXe puis au XXe siècle, s’est généralisée aux pays du Sud (en Inde, par exemple, à partir des années 1920). […]
Par ailleurs, les personnes âgées vivent plus longtemps, grâce à l’amélioration, depuis les années 1970, de la médecine et des infrastructures sanitaires. La mécanisation d’un certain nombre de tâches a en outre apporté de meilleures conditions de travail, contribuant à accroître l’espérance de vie [9], qui a presque doublé en un siècle (de 37 ans en 1900 à 69 ans en 2010).
Évolution de la population mondiale (ONU)
La baisse sans précédent de la fécondité [10] provoque une nette décélération démographique. […] En cinquante ans, la population mondiale a ainsi fortement augmenté : 2,5 milliards en 1950, 6,1 milliards en 2000. Selon la projection moyenne de l’Organisation des Nations unies (ONU), elle devrait s’élever à 9 milliards en 2050. […]
Phénomène inédit, le vieillissement marquera le XXIe siècle. Il peut être mesuré soit par l’augmentation de la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus (5,2 % en 1950, 7,6 % en 2010 et 16,2 % en 2050 selon les prévisions de l’ONU), soit par l’évolution de l’âge médian [11] (24 ans en 1950, 29 ans en 2010 et environ 38 ans en 2050). L’accroissement de l’espérance de vie élargit le cercle du troisième âge, la baisse de la fécondité minore les effectifs des jeunes ; ses effets sont particulièrement importants dans les pays en phase d’hiver démographique [12], ceux dont la fécondité est depuis plusieurs décennies nettement en dessous du seuil de remplacement des générations [13] (soit en moyenne 2,1 enfants par femme). […] Il faut aussi tenir compte de l’augmentation du nombre absolu de personnes âgées - ce que l’on appelle la « gérontocroissance » [14] : 130 millions en 1950, 417 millions en 2000, et ce nombre pourrait atteindre 1,486 milliard en 2050. […]
En Inde, 29 % des habitants vivent en ville, 33 % en République démocratique du Congo, 73 % en Allemagne et 79 % aux EtatsUnis. Les facteurs en sont très variables. Le fort taux brésilien est principalement dû à l’héritage de la colonisation qui a fondé des villes chargées d’assurer le contrôle politique et économique du territoire et de centraliser l’exclusivité des échanges avec la métropole portugaise. […]
Les pays très centralisés, comme la France ou l’Iran, se sont dotés d’une armature urbaine macrocéphale, où la capitale politique est dominante dans toutes les fonctions : économiques, financières, universitaires et culturelles. D’autres pays, comme l’Espagne ou la Bolivie, ont une urbanisation bicéphale, dominée par deux villes (Madrid et Barcelone, La Paz et Santa Cruz) ; l’Allemagne est pour sa part organisée en un réseau urbain plus équilibré reliant plusieurs villes harmonieusement hiérarchisées.
Transitions démographiques [15] en cours dans différents pays du Sud, hiver démographique dans certains pays du Nord, vieillissement de la population, urbanisation sans précédent : voilà qui dessine un paysage démographique inédit. S’y ajoute la question des circulations migratoires : 214 millions de personnes résident de façon permanente dans un autre pays que celui où elles sont nées - un chiffre qui n’inclut ni les réfugiés ni les déplacés.
Contrairement aux idées reçues, les migrations sont régulières et permanentes. Et très majoritairement légales : surmédiatisées, les migrations clandestines sont statistiquement négligeables. L’histoire et la géographie ont contribué à construire des couples migratoires de pays. Ils peuvent se fonder sur une proximité géographique - Burkina Faso et Côte d’Ivoire, Colombie et Venezuela, Mexique et Etats-Unis, Malaisie et Singapour, Italie et Suisse … ou sur une histoire commune - Philippines et Etats-Unis, Algérie et France, Inde et Royaume-Uni, etc. - en raison des liens hérités de la colonisation et pérennisés, de jure ou de facto, après la décolonisation. Comme pour le mouvement d’urbanisation, si des facteurs politiques (guerres, conflits civils, régimes liberticides) poussent à l’émigration, les facteurs économiques en sont le moteur principal. Au XIXe siècle, la pauvreté avait contraint de nombreux Espagnols, Suisses et Italiens à émigrer en Amérique latine. La démographie elle-même est un troisième facteur de migration : au XIXe siècle, la France, en raison de la baisse très précoce de sa fécondité, est devenue le seul pays européen d’immigration. Au XXIe siècle, la baisse de la population active dans différents pays développés pousse à faire appel aux immigrés, du fait du déficit de main d’œuvre, notamment dans certaines activités mal payées.
La polarisation entre pays d’émigration et pays d’immigration a cependant perdu de sa pertinence. Les migrations sont de plus en plus circulaires : le Maroc, par exemple, est un pays d’émigration vers l’Europe et l’Amérique du Nord, un pays de transit pour des ressortissants de l’Afrique subsaharienne rejoignant l’Europe, et un pays d’immigration pour des ressortissants de l’Afrique subsaharienne qui y ont arrêté - sans l’avoir nécessairement prévu - leur cheminement migratoire. De même, l’Espagne est un pays d’émigration, en particulier vers les pays du Nord ou l’Amérique latine, un pays de transit pour des Africains se rendant en France et un pays d’immigration à partir du Maroc, de la Roumanie ou de l’Amérique andine. […]
Extraits de Gérard-François DUMONT [16], Fausses évidences sur la population mondialeLe Monde diplomatique, juin 2011, N° 687, p. 13, 4,90 €.


 


Rappelons-nous que nous sommes des mammifères et que nous sommes programmés depuis des millénaires pour avoir le désir de nous reproduire.
Il est dans nos gênes d'avoir un désir d'enfant. 
Il serait préférable que nous ayons aussi dans nos gênes le respect et l'amour d'autrui, la responsabilité écologique, la prudence et l'honnêteté.

Lorsque ce n'est pas le cas, et que le monde politique et affairiste ajoute la cupidité et le cynisme à l'égotisme, on voit tous les jours où ça va.
Nous ne pouvons - mais ça nous le pouvons ! - que développer notre conscience écologique et envoyer à tout le genre humain qui souffre de l'Amour, encore de l'Amour, et de la compassion à partager avec tous les genres, animal, végétal, minéral.
Il y a un travail colossal quotidien à faire déjà sur nous-mêmes : essayer de se comprendre, de se pardonner et de s'aimer. Et de transmettre des pensées positives qui, elles seules, peuvent soigner notre planète malade. 

Le reste est un cataplasme sur une jambe de bois.
Toutes les pensées négatives, critiques, peurs, vieux souvenirs et vieilles pensées négatives, etc... vont nourrir l'égrégore de haine et de peur qui étouffe notre planète... 




Comme le dit Jean-Marc Governatori
(Voir notamment la page "questions-réponses" sur le site de "La France en Action") :
« Je pense que l'expérience d'être papa ou maman est très formative.
Elle permet d'améliorer son savoir être et les relations humaines.
D'autre part, il me semble malvenu d'imposer sur un sujet si intime quoi que ce soit.
Ensuite, je constate que la nature est souvent bien faites puisque voilà 50 ans
la Terrienne moyenne faisait 6 enfants et que aujourd'hui elle en fait 3.
Pour notre pays, c'est 2 enfants en moyenne,
donc juste le renouvellement des générations.
Le problème n'est pas le nombre d'habitants ou l'âge des personnes...
Mais le mode de vie et le mode de pensée ! »


(Note de Daneel : Il est donc clair que notre "empreinte écologique" doit être tenu en compte :
Une empreinte très faible même pour un occidental, si tous mes concitoyens se contentaient comme moi d'une nourriture VG, BIO, ET FRUGALE !
Le problème n'est  donc pas le nombre d'habitants ou l'âge des personnes, mais le mode de vie et le mode de pensée !
Franchement, je préfèrerais avoir 13 milliards de potes locavores "VG-BIO" sur Terre que seulement 5 milliards mais qui resteraient comme aujourd'hui des consommateurs acharnés de "bidoche" et de produits industriels chimiques de l'agriculture intensive !....)



Et comme on peut aussi le lire dans le "Nouveau Testament" que d'aucuns accusent d'être le principal responsable "de tous les maux du monde et de l'extermination de la planète" :

Vous ne devez plus marcher comme les païens,
qui marchent selon la vanité de leurs pensées.
Ils ont l'intelligence obscurcie...
à cause de l'ignorance qui est en eux,
à cause de l'endurcissement de leur coeur...
Renoncez au mensonge
et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain ;
car nous sommes membres les uns des autres !...
Ne donnez point accès au diable :
Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise,
mais, s'il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l'édification
et communique une grâce à ceux qui l'entendent...
Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur,
toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous.
Soyez bons les uns envers les autres, compatissants,
vous pardonnant réciproquement,
comme Dieu vous a pardonné en Christ !